Déontologie /Cadre légal

Soyez vigilant ! En cas de malaise ou de maladie, consultez d’abord un médecin ou un professionnel de la santé en mesure d’évaluer adéquatement votre état.  Après avoir obtenu un diagnostic de votre médecin, renseignez-vous sur votre situation et les options de traitement qu’offrent les approches non conventionnelles.  Ensuite, en tant qu’adulte consentant, vous pourrez prendre des décisions éclairées.

Le Shiatsu est une des 8 approches alternatives reconnues par le parlement européen, dans la résolution A4-0075/97 (Rapport Collins-Lannoye du 29/05/1997- Bruxelles) en tant que « médecine non conventionnelle digne d’intérêt », au même titre que  l’acupuncture, l’ostéopathie et la chiropraxie. Si certains pays reconnaissent le Shiatsu comme une médecine, ce n’est pas le cas en France, malgré l’évolution au plan européen.

Les techniques pratiquées ne sont assimilables ni aux actes réservés aux professions de santé réglementées par le Code de la Santé Publique ni à ceux des ostéopathes. Elles sont praticables légalement par tous.

Propos d’Isabelle Robart (avocate) sur le droit et la pratique des soins non conventionnels

En ce qui concerne la réflexologie, compte-tenu de la loi du 30.04.1946, décret 60669 de l’article l.489 et de l’arrêté du 8.10.1996, il ne s’agit nullement de soins médicaux ou de kinésithérapie, mais de techniques de bien-être par la relaxation physique et la détente, libératrices de stress.

 Code de déontologie (extraits)

  • Le shiatsu ki( praticien de Shiatsu) doit posséder une formation complète qui le rend apte à maintenir ou améliorer le bien-être général du client.
  • Sans être légalement tenu au secret professionnel, le praticien doit respecter le secret de tout renseignement obtenu dans l’exercice de son travail et ce afin de protéger la vie privée, l’honneur et la réputation de son client.
  • Le shiatsu ki doit, dans l’intérêt du client, chercher à collaborer avec les professionnels de la santéIl doit s’abstenir de poser des diagnostics d’ordre médical et/ou de critiquer les avis et conseils des professionnels de la santé et doit respecter le travail des professionnels de la santé.
  • Dans son travail de praticien, le shiatsu ki doit tenir compte des limites de ses aptitudes, de ses connaissances, ainsi que des moyens dont il dispose. Il ne doit pas, notamment, entreprendre des services pour lesquels il n’est pas suffisamment préparé ou formé sans obtenir l’assistance nécessaire.
  • Le shiatsu ki doit exercer dans le respect de la vie privée, de la dignité et de la liberté du client.
  • Le shiatsu ki doit être loyal, intègre et attentif envers son client.
  • Le shiatsu ki doit favoriser les mesures d’éducation et d’information dans l’exercice de son travail.
  • Le shiatsu ki doit exprimer ses opinions avec honnêteté et exactitude, notamment lorsqu’il s’adresse au public par la voie de la presse écrite, de la radio, de la télévision ou autres moyens d’information.
  • Le shiatsu ki doit, dans son travail de praticien, s’identifier comme tel auprès de ses clients. Il doit constamment afficher dans son lieu de travail son nom et ses titres à la vue de ses clients.
  • Le shiatsu ki doit exposer à son client, d’une façon complète et objective, la nature et les modalités des services qui lui seront dispensés.
  • Le shiatsu ki doit fournir à son client toutes les explications nécessaires à la compréhension de ses relevés d’honoraires et des modalités de paiement.

Que recouvre le terme de médecine non conventionnelle ?

Le terme « médecine non conventionnelle » est celui retenu par la Commission européenne* pour qualifier des méthodes de soins parfois également appelées « médecine douce »,  « médecine naturelle », ou encore médecine holistique et dont certaines font l’objet d’une reconnaissance progressive en Europe depuis les années 1990; Les médecines douces énergétiques, partent du principe que l’être humain possède un influx vital (Prana en Inde, Ki au Japon ou Qi en Chine) qui peut circuler de manière harmonieuse, la maladie étant une perturbation de cette harmonie qu’il convient de ré-équilibrer.

* Parlement européen : Commission de l’environnement, de la santé publique et de la protection des consommateurs, « Rapport sur le statut des médecines non conventionnelles [archive] » sur europarl.europa.eu.

Définition de la Santé par l’OMS 

La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité (Actes officiels de l’Organisation mondiale de la Santé, n°. 2, p. 100,  entrés en vigueur le 7 avril 1948).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s